Epinoche  . Nom scientifique : Gasterosteus aculeatus Famille : Gastérostéidés Caractères : Le corps est allongé, le museau pointu. Le dos est gris-bleu, les flancs gris- métallique, le ventre blanc et les nageoires diaphanes.   Le corps ne possède pas d'écailles mais il est protégé par une rangée de plaques osseuses le long de la ligne latérale. En avant de la dorsale, le dos porte 2 à 5 épines mobiles (en général 3); les pelviennes sont remplacées par des épines. Il existe différentes formes d'épinoches réparties selon la latitude et différentiées par l'aspect de leur cuirasse : la forme Trachura possède une cuirasse latérale complète, la forme Hologymnura n'a pas de plaques latérales et les formes Semi-armata et Gymnura sont intermédiaires au deux premières. Coloration : Au printemps, la femelle est argentée et verte. La gorge et le ventre du mâle deviennent rouges pour attirer les femelles dans un nid qu’il a construit sur le fond avec les débris et des brindilles de plantes. Dimensions : 4 à 8 cm Biologie : La reproduction a lieu de mars à juin, le mâle construit un nid sur le fond avec les débris et des brindilles de plantes qu'il lie entre elles avec un produit secrété par ses reins. Une fois que la femelle a pondu ses œufs, il la chasse pour les fertiliser. Ensuite, il défend son nid avec férocité, même après la naissance des petits ; s'ils s'éloignent il les ramène dans le nid en les prenant dans sa bouche. L'épinoche se nourrit de petits invertébrés du plancton. Utilisation : L’épinoche a été retenue comme espèce modèle dans le cadre de la définition d’une approche multibiomarqueurs. En plus d’être une espèce largement présente sous nos latitudes, l’épinoche est particulièrement intéressante pour évaluer les effets précoces de la contamination chez le poisson. La spiggin, protéine spécifique de ce poisson dont la synthèse est placée sous contrôle androgénique, est utilisable comme marqueur d’androgénicité. Sa pêche : Prise occasionnelle avec des lignes montées avec de très petits hameçons.