Truite  . Nom scientifique : Oncorhynchus mykiss Famille : Salmonidés Caractères : Originaire d'Amérique du Nord, la truite arc-en-ciel possède un corps allongé et peu compressé, recouvert de petites écailles et parcouru par une ligne latérale complète. Sa tête courte, au museau émoussé, se termine par une bouche large, à la mâchoire supérieure plus longue que la mâchoire inférieure. Coloration : Sa robe argentée, ornée d'une bande longitudinale pourpre, rose ou mauve et irisée (couleur arc-en-ciel) sur les flancs est ponctuée de points noirs visibles aussi sur les nageoires dorsale et caudale. La couleur du corps peut varier selon les milieux fréquentés et la période de l'année : durant la reproduction, la couleur de la robe s'intensifie et s'obscurcit et les mâles possèdent un bec à la mâchoire inférieure. Dimensions : Elle atteint rapidement la taille de 35 cm dans les lacs de montagne. On trouve également de gros spécimens de 70 cm particulièrement voraces qui osent se montrer plus facilement que les farios. Biologie : C'est un poisson qui s'adapte facilement à diverses conditions de vie aussi bien dans les eaux courantes (rivières, fleuves) que stagnantes (lacs, réservoirs). Certaines populations sont sédentaires tandis que d'autres sont migratrices dans leur pays d'origine. Elle évite les courants rapides et recherche les micro-habitats d'eaux douces moyennement courantes. En rivière, elle occupe de préférence la "zone à ombres". Elle nécessite une oxygénation minimale de 4 mg/l, elle se complaît dans les eaux à 10-15° C. Elle se nourrit, comme la fario, de larves et d'insectes. Elle chasse également avec plus de voracité les petits poissons, particulièrement à l'automne où elle se jette gueule ouverte dans les bancs d'alevins. Utilisation : C'est un animal d'élevage (truiticulture). Espèce de grande valeur halieutique, elle représente la première espèce de pisciculture en France. Elle a notamment l'intérêt de limiter les risques d'hybridation par rapport à des repeuplements en truites fario pour la pêche sportive, puisque l'espèce est incapable de se reproduire. C'est aussi un animal de laboratoire utilisé pour l'expérimentation et comme biomarqueur de pollution. Sa pêche : Moins convoitée que la fario, l'arc-en-ciel reste un magnifique poisson de combat. On la pêche à la ligne, aux insectes naturels et aux vers, (elle se nourrit de proies vivantes). Les pêches dites « sportives » sont les pêches au lancer. La pêche à la mouche utilise une artificielle que l'on fait dériver sur l' eau (mouche sèche) ou que l'on maintient immergée plus ou moins profondément (mouche noyée).